La reprogrammation moteur aux yeux de la loi

Une pratique qui prend de plus en plus d’ampleur chez les automobilistes, procéder à la reprogrammation moteur présente de nombreux avantages. Avant tout, il faut noter que les nouvelles générations de voitures sont dotées d’un boitier électronique. Le rôle de ce dispositif est de donner des instructions au moteur. En modifiant quelques paramètres, il est possible d’augmenter la puissance du véhicule et de réduire sa consommation de carburant. Toutefois, est-ce que ce procédé est légal ?

Une règlementation un peu floue

Pour le moment, aucune loi concernant la reprogrammation moteur n’a été clairement définie. En effet, cette pratique est particulièrement indétectable lors d’un contrôle technique. Toutefois, les autorités ainsi que les constructeurs ne sont pas très rassurés par rapport à cette opération. Le vrai problème se pose au niveau des agences de couverture. Il est fortement recommandé de faire appel à des professionnels comme CB Power pour obtenir des conseils avisés par rapport aux démarches à suivre.

Prévenir la compagnie d’assurance

Pour couvrir une voiture, l’assureur prend en compte les spécificités de ce dernier pour établir un contrat adapté. Les éléments à considérer concernant la particularité et les caractéristiques techniques du moteur, la fiabilité du véhicule, les risques auxquels il peut être exposé. De ce fait, si une modification s’opère, la compagnie doit être tenue au courant pour une protection optimale en cas de sinistre.

En effet, à la suite d’un accident, un expert en automobile va obligatoirement procéder à l’inspection du véhicule. Il est donc fort probable qu’il tombe sur la nouvelle cartographie du moteur. Dans ce cas, l’assureur a le droit de refuser la prise en charge des dommages survenue durant l’incident.

Une augmentation de la prime d’assurance

Tenir au courant l’assureur d’une reprogrammation du moteur implique la modification du contrat. En effet, plus la puissance est grande, plus la vitesse devient élevée. Par conséquent, la voiture est donc exposée à plus de risque. Il est possible que le cout de la prime subisse une augmentation. Certains établissements acceptent une couverture à condition de faire un surcroît de puissance de 10 % maximum.

Annulation de la garantie constructeur

Selon les termes du contrat, une reconfiguration du moteur entraine la nullité de la garantie-constructeur. En effet, en cas de vices ou de défaut de fabrication, les marques procèdent souvent à un contrôle systématique en rapport avec la gestion du moteur. En effectuant la prise diagnostic, le technicien peut directement constater les modifications subites par la voiture. Toutefois, certains automobilistes installent une puce qui est capable de masquer la reprogrammation en l’activant.

La déclaration de la reprogrammation

Comme il est difficile de s’offrir une voiture de sport, les automobilistes ont recours à la reprogrammation tout en achetant une voiture standard. Toutefois, sans déclaration, le conducteur est exposé à des risques d’amende. Il faut noter que cette pratique implique une démarche administrative assez lourde financièrement puisque le montant de la taxe peut être multiplié par trois. De ce fait, si le propriétaire ne détient aucune autorisation, le changement de la cartographie moteur devient illégal.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *